26 juil. 2013

Stop aux publicités de produits éclaircissants: la pétition qui tombe à l'eau

Le 10 juillet 2013, une publicité agitait les internets. Biopharma dévoilait sa campagne de publicité pour son nouveau produit éclaircissant au Cameroun. Une jeune demoiselle claire de peau qui vole la vedette à toutes celles ont la peau foncée. La société s'agite, se dit choquée, effarée. Céline Fotso de Je Wanda Magazine en tête de file, une pétition est lancée pour empêcher la diffusion de telles publicités. Un peu plus de deux semaines plus tard, seules 620 personnes l'ont signée. Les réseaux sociaux n'en parlent presque plus. Est-ce à dire que les 18 millions de camerounais ne se sentent pas concernés par la cause?

Pour bien se mettre dans le contexte et comprendre le pourquoi du comment, examinons l'ampleur du phénomène. Il y a deux ans, lors d'un été au Cameroun, les affiches publicitaires pour produits éclaircissants trônaient déjà fièrement en plein centre de Yaoundé. 90% des parfumeries de la ville proposent des produits éclaircissants. Toute cliente venant pour un problème de tâche ou d'unification de teint, se voit proposer une gamme éclaircissante. Les coiffeuses et autres esthéticiennes font des compositions de lait pour la peau, avec des produits plus ou moins licites. Personne n'en parle. Pourquoi cette nouvelle (et énième) publicité choque?

Au cours d'une discussion avec une amie qui s'intéresse de près au milieu des cosmétiques, j'ai appris que Rapid Clair des laboratoires Biopharma était élu produit de l'année en 2007. Il suffit de regarder la chaîne  de télévision privée Canal 2 pour remarquer qu'une grande majorité des émissions est sponsorisée par ces produits-là. Le camerounais a appris à vivre avec les gammes éclaircissantes et ne s'en offusque plus.

Certes, la fille qui se décape est moquée, "fanta coca", "fausse jaune" et j'en passe mais le monsieur de la rue continue d'être fasciné par la couleur claire. On en rit mais on se dit qu'au final, chacun fait ce qu'il veut. Les débats sur Twitter qui ont suivi la pétition le prouvent allant même jusqu'à accuser l'instigatrice (claire de peau) de vouloir empêcher les autres camerounaises de "passer sur le marché". Est-ce à dire que ce combat est perdu d'avance?

Source:  http://www.laboratoires-biopharma.com la comédienne mamy ntong récompensée par Canal 2 et son partenaire B-light de Biopharma

Il est difficile,voire fastidieux de s'attaquer à un phénomène établi. La pétition ne marchera pas, qu'on se le dise franchement. Les camerounais n'ont pas encore intégré que ces pratiques sont dangereuses pour la peau. Et même, quand ça marche pour la soeur ou la cousine, on ne se soucie pas de celle qui a utilisé un mauvais "tchôkô" et a eu la peau brûlée. On ne peut pas se lever un matin et dire aux gens de se battre pour un combat qui ne les intéressent pas. "Oui, les filles décapées ne valent pas les vraies "jaunes", elles dégagent des odeurs particulières mais c'est leur choix." J'ai entendu la phrase un bon nombre de fois. Les camerounais ne signent pas la pétition parce qu'ils ne se sentent pas concernés ou plutôt que l'action n'est pas la bonne.

Je me suis demandée dans un premier temps si le canal n'était pas mal choisi: internet. Ils ne sont pas  si nombreux à avoir internet au Cameroun. La diaspora camerounaise est nombreuse pourtant mais elle me paraît elle aussi bien touchée par le phénomène. On ne peut pas tenter le coup d'éclat après avoir laissé la gangrène s'installer. L'action est honorable mais je crains que cette pétition ne tombe aux oubliettes. Elle s'est fixée comme objectif: 1000 signatures mais qu'est-ce que cela représente pour un pays de 18 millions de personnes? Ça a fait du bruit parce que chaque camerounais connait au moins une amie qui est passée de "minuit à six heures", ça touche chacun personnellement.

Organisez une campagne à la télé sur les méfaits de ces produits. Contrez les publicités parce que vous ne pourrez pas les effacer d'un coup de pétition baguette. Les sénégalais qu'on cite en exemple, ont attaqué les toutes premières grandes affiches, ils n'ont pas attendu que le public s'y habitue. Sensibilisez les esthéticiennes, les coiffeuses, les maquilleuses, les conseillères de parfumerie. Montrez aux gens comment avoir une peau propre sans avoir besoin de la décolorer. Démontrez que le noir, ce n'est pas forcément sale.

Les camerounais ne s'en foutent pas du décapage mais ils s'en foutent apparemment de la pétition. Chacun fait ce qu'il veut dans le pays du "on va faire comment?". On rit sous la cape mais tant que ça ne tue pas, on ne se bouge pas. La publicité montre un phénomène réel et malgré les 120 personnes qui n'aiment pas sur Facebook, elle reste en ligne. Montrez aux camerounais(es) les bons gestes, utilisez les voix que vous avez pour des actions sur le long terme parce que si vous demandez aux gens de signer, ils n'ont pas le temps, ils ne comprennent pas ce que ça change.

J'ai quand même signé pour saluer un début d'action(ça fait 621). La pétition est si ça intéresse quelqu'un. Sinon, que quelqu'un se propose pour prendre le combat à bout de bras... Les actions ponctuelles meurent comme elles sont venues. Miss Cameroun, laissez d'abord les homosexuels, parlez de beauté, c'est un peu aussi ça votre rôle non?

4 commentaires:

  1. C'est clairement ça. La question/le problème touche mais la pétition: Quel est le projet ? Réunir 1000 signatures, d'accord mais après ? Signer virtuellement pour un problème de santé publique. Je trouve ça très léger. Des vidéos, des docus, des débats (etc) organisés par la rédaction de JWM aurait déjà été plus productifs. Mon avis.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vraiment triste car les mentalités ne risquent pas de changer de sitôt sur ce sujet. J'ai déjà posé cette question à bon nombre de garçons, et le malheur est de constater que la grande majorité d'entre eux préfèrent toujours les filles "claires de peau" en plus rares sont ceux qui savent distinguer les "naturellement claires" des "chimiquement claires".
    En faisant le tour des parfumeries, supermarchés... on se rend compte que plus de 95% des produits vendus sont éclaircissants, c'est un fait!

    J'ai signé la pétition il y a de cela un mois environ mais je me demande bien à quoi cela serviras... en plus compte tenu du fait que la grande majorité de nos filles vont sur internet pour autre chose...

    Comme a dit @The Black Twig c'est un problème de santé publique!!!, des actions concrètes doivent être menées surtout dans le cadre de la sensibilisation de nos femmes afin qu'elles prennent conscience de la gravité du problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une question qu'on devrait vraiment prendre au sérieux. Le ministère de la santé publique et même le ministère de la condition féminine devraient se sentir concernés. Des filles s'exposent à des maladies chaque jour et nous, on s'agite sur les réseaux sociaux. C'est dommage!

      Supprimer
  3. Peut-être que le tout n'est pas de sensibiliser parce qu'on l'a déjà fait et refait plein de fois ça n'a rien changé.
    Il faut pousser les africains et les africaines à aimer, apprécier la peau noire et la valoriser. Valoriser les spots, des clips d'artistes avec des filles à la peau noire, qu'il y ait pourquoi pas une taxe sur les produits éclaircissants que ce soit pour les fabricants ou même les distributeurs, vu qu'ils font bien le chiffre d'affaire dessus, réduire la durée d'une pub de produits ou réduire le temps de passage. Il faut passer à des actes concrets.

    RépondreSupprimer