26 juil. 2013

Stop aux publicités de produits éclaircissants: la pétition qui tombe à l'eau

Le 10 juillet 2013, une publicité agitait les internets. Biopharma dévoilait sa campagne de publicité pour son nouveau produit éclaircissant au Cameroun. Une jeune demoiselle claire de peau qui vole la vedette à toutes celles ont la peau foncée. La société s'agite, se dit choquée, effarée. Céline Fotso de Je Wanda Magazine en tête de file, une pétition est lancée pour empêcher la diffusion de telles publicités. Un peu plus de deux semaines plus tard, seules 620 personnes l'ont signée. Les réseaux sociaux n'en parlent presque plus. Est-ce à dire que les 18 millions de camerounais ne se sentent pas concernés par la cause?

Pour bien se mettre dans le contexte et comprendre le pourquoi du comment, examinons l'ampleur du phénomène. Il y a deux ans, lors d'un été au Cameroun, les affiches publicitaires pour produits éclaircissants trônaient déjà fièrement en plein centre de Yaoundé. 90% des parfumeries de la ville proposent des produits éclaircissants. Toute cliente venant pour un problème de tâche ou d'unification de teint, se voit proposer une gamme éclaircissante. Les coiffeuses et autres esthéticiennes font des compositions de lait pour la peau, avec des produits plus ou moins licites. Personne n'en parle. Pourquoi cette nouvelle (et énième) publicité choque?

Au cours d'une discussion avec une amie qui s'intéresse de près au milieu des cosmétiques, j'ai appris que Rapid Clair des laboratoires Biopharma était élu produit de l'année en 2007. Il suffit de regarder la chaîne  de télévision privée Canal 2 pour remarquer qu'une grande majorité des émissions est sponsorisée par ces produits-là. Le camerounais a appris à vivre avec les gammes éclaircissantes et ne s'en offusque plus.

Certes, la fille qui se décape est moquée, "fanta coca", "fausse jaune" et j'en passe mais le monsieur de la rue continue d'être fasciné par la couleur claire. On en rit mais on se dit qu'au final, chacun fait ce qu'il veut. Les débats sur Twitter qui ont suivi la pétition le prouvent allant même jusqu'à accuser l'instigatrice (claire de peau) de vouloir empêcher les autres camerounaises de "passer sur le marché". Est-ce à dire que ce combat est perdu d'avance?

Source:  http://www.laboratoires-biopharma.com la comédienne mamy ntong récompensée par Canal 2 et son partenaire B-light de Biopharma

Il est difficile,voire fastidieux de s'attaquer à un phénomène établi. La pétition ne marchera pas, qu'on se le dise franchement. Les camerounais n'ont pas encore intégré que ces pratiques sont dangereuses pour la peau. Et même, quand ça marche pour la soeur ou la cousine, on ne se soucie pas de celle qui a utilisé un mauvais "tchôkô" et a eu la peau brûlée. On ne peut pas se lever un matin et dire aux gens de se battre pour un combat qui ne les intéressent pas. "Oui, les filles décapées ne valent pas les vraies "jaunes", elles dégagent des odeurs particulières mais c'est leur choix." J'ai entendu la phrase un bon nombre de fois. Les camerounais ne signent pas la pétition parce qu'ils ne se sentent pas concernés ou plutôt que l'action n'est pas la bonne.

Je me suis demandée dans un premier temps si le canal n'était pas mal choisi: internet. Ils ne sont pas  si nombreux à avoir internet au Cameroun. La diaspora camerounaise est nombreuse pourtant mais elle me paraît elle aussi bien touchée par le phénomène. On ne peut pas tenter le coup d'éclat après avoir laissé la gangrène s'installer. L'action est honorable mais je crains que cette pétition ne tombe aux oubliettes. Elle s'est fixée comme objectif: 1000 signatures mais qu'est-ce que cela représente pour un pays de 18 millions de personnes? Ça a fait du bruit parce que chaque camerounais connait au moins une amie qui est passée de "minuit à six heures", ça touche chacun personnellement.

Organisez une campagne à la télé sur les méfaits de ces produits. Contrez les publicités parce que vous ne pourrez pas les effacer d'un coup de pétition baguette. Les sénégalais qu'on cite en exemple, ont attaqué les toutes premières grandes affiches, ils n'ont pas attendu que le public s'y habitue. Sensibilisez les esthéticiennes, les coiffeuses, les maquilleuses, les conseillères de parfumerie. Montrez aux gens comment avoir une peau propre sans avoir besoin de la décolorer. Démontrez que le noir, ce n'est pas forcément sale.

Les camerounais ne s'en foutent pas du décapage mais ils s'en foutent apparemment de la pétition. Chacun fait ce qu'il veut dans le pays du "on va faire comment?". On rit sous la cape mais tant que ça ne tue pas, on ne se bouge pas. La publicité montre un phénomène réel et malgré les 120 personnes qui n'aiment pas sur Facebook, elle reste en ligne. Montrez aux camerounais(es) les bons gestes, utilisez les voix que vous avez pour des actions sur le long terme parce que si vous demandez aux gens de signer, ils n'ont pas le temps, ils ne comprennent pas ce que ça change.

J'ai quand même signé pour saluer un début d'action(ça fait 621). La pétition est si ça intéresse quelqu'un. Sinon, que quelqu'un se propose pour prendre le combat à bout de bras... Les actions ponctuelles meurent comme elles sont venues. Miss Cameroun, laissez d'abord les homosexuels, parlez de beauté, c'est un peu aussi ça votre rôle non?

22 juil. 2013

Veules-les-Roses

Ça fait des mois que je le crie "je veux aller à la plage". Samedi, ma sœur a exaucé mon vœu. Après avoir écarté les plages phare de Normandie (Deauville et Trouville) trop commerciales selon elle, nous avions prévu d'aller à Honfleur jusqu'à ce que son collègue lui conseille la plage de Veules-les-Roses.
55mn de trajet en voiture depuis Rouen. Un petit village fleuri. Loin de ressembler à la cité balnéaire à laquelle on s'attend.N'apercevant  pas la mère, nous suivons la masse de touristes qui semblent tous aller dans le même sens. La plage, ça doit être par là.
Le chemin que nous prenons est en fait un chemin touristique. On apprend que la Veule est le plus petit fleuve de France. On suit son cours, les plantations de cresson, les jolies maisons...

source: Bibliothèque personnelle

On marche, on marche, on ne voit toujours pas la mer. S'est-on-perdus? C'est alors qu'on commence à voir les commerces relatifs à la mer. On approche du but. 10-15mn de marche quand même.

Et miracle! On y est. Surprise encore, ce n'est pas exactement ce qu'on imaginait. 

La mer semble un peu loin du bord de la plage. On a dû arriver en marée-basse mais la marche à faire jusqu'à la plage semble longue.

Source: Bibliothèque personnelle

Nous traversons donc la longue étendue qui nous sépare de l'eau (très froide en passant). Des surfeurs, des petits couples enlacés, des familles en vacances. Il y a tout type de personnes sur la plage.

Source: Bibliothèque personnelle

Tapage de poses. Baignade. Journée magnifique. Le vent ne nous a pas laissé de répit par contre. La sortie de l'eau était difficile. La chair de poule. Nouvelle problématique: trouver un coin où se poser et pas trop cher. Nous avons l'embarras du choix.

Source: les préférences de Lusile

 "Le Victor Hugo" et ses salons d'Adèle nous ont tentés. En effet, Hugo séjournait parfois dans la jolie commune chez son ami Paul Meurice. Il aimait selon les témoignages se promener le long de la Veules et a organisé un grand banquet pour les 100 enfants les plus pauvres de la région le 24 septembre 1882. Impressionnées par l'histoire du lieu mais aussi effrayées par les prix qui pourraient y être pratiqués, nous nous rabattons sur le Tropical Bar Glacier juste à côté. Crêpes et glace pas mal. Prix abordable pour l'endroit.

Source: Bibliohèque personnelle

Il est déjà temps de rentrer. 

Veules-les-Roses, parfait petit coin repos pour les vacances. Je me prendrais bien une chambre dans un gîte. Moment reposant. La Normandie ce n'est pas que du lait et des vaches.

12 juil. 2013

La première beauty box camerounaise

Vous aimez tester? Vous voulez recevoir des produits de beauté chaque mois à petit coût? Vous êtes donc certainement intéressés par le concept des beauty box. 4 à 6 produits reçus chaque mois pour une somme moyenne de 14 euros dénichés chaque mois par des des pros et livrés à domicile. Le plus? L'occasion de tester les nouveautés et de trouver ce qui vous va le mieux. Il s'en est créé de tout type ces derniers temps, bio (Ma boîte à beauté), girly (My Little Box), masculine (Urban Kit), pour peaux noires (BBeauty Box), pour maman et bébé (MumBox), etc. Le phénomène rencontre un franc succès en Europe et aux Etats-Unis.
La beauty box débarque au Cameroun. Les beauty addicts du Cameroun pourront bientôt se procurer mensuellement des produits dénichés par deux camerounaises soucieuses de leur apporter le meilleur pour leur peau et leurs cheveux. J'ai la chance de connaître l'une des dénicheuses. J'ai donc posé quelques questions à Gaëlle O. pour comprendre le concept de My Little B. Box.


Au début, j'ai quelques appréhensions sur le concept. Je m'y intéresse beaucoup plus par curiosité qu'autre chose. Gaëlle me répond posément avec beaucoup de détails. Mon questionnaire bien préparé évolue, change.
  • Comment vous est venue l'idée de créer une box camerounaise?
Étant moi même une adepte des bons plans beauté, je me suis abonnée à toutes les box qui sont proposées en France : Cosmo box, Little Box, et j'en passe. J'ai trouvé le concept très flatteur, et je me suis dit qu'il serait intéressant d'en faire profiter les jeunes filles camerounaises qui elles ne peuvent pas s'abonner. J'ai donc commencé une étude de terrain pour voir si le projet était porteur, il est apparu que oui. Et l'aventure a démarré le jour de mon anniversaire le 4 Juin dernier. C'était comme mon petit cadeau personnel.
  • En quoi votre box est adaptée au public camerounais?
Déjà par rapport au prix. On offre des produits de qualité, adaptés a la peau noire et à des prix vraiment compétitifs par rapport à ce qu'on peut trouver sur place.
De plus, en réponse à toutes les actions qui sont faites contre les produits de mauvaise qualité et éclaircissants, c'est pour nous le moyen de montrer à toutes les jeunes camerounaises, qu'il est possible d'avoir un beau teint, une belle peau, uniforme sans se ruiner mais surtout en gardant une hygiène de vie qui n'entrave pas leur santé. On essaie de fournir plusieurs conseils adaptés à chaque cliente, à ce qu'elles recherchent.
  • Justement, quel est le plus par rapport aux magasins spécialisés en beauté présents sur le marché?
Réellement, si tu veux, le plus novateur est le concept en soi. Tu as aussi l'assurance que ce sont vraiment des produits de bonne qualité mais le plus attrayant est le prix. Tu es sûre d'avoir pour un budget très raisonnable ton pack de produits beauté qu'il te faut et adaptée à ton Life Style. Le plus attrayant là dedans est le prix. Je ne peux pas m'hasarder à juger la qualité des produits qui sont présents sur le marché mais je sais que pour le même nombre de produits, une jeune fille se rendant dans un magasin sur place paiera plus cher que ce que nous proposons. Car nous avons voulu rendre accessible à tous cette box beauté. Après le côté conseil est important, la box peut évoluer en fonction de chaque mois, de nos envies. C'est comme tout nous déléguer, et se laisser chouchouter.
  • En parlant du beauty lifestyle, comment la box s'y adapte-t-elle? C'est une boîte personnalisée selon la cliente?
Oui, la boîte est personnalisée en fonction de la cliente. 

Dans un premier temps, un questionnaire sur le Beauty Life Style est à remplir pendant l'inscription. Ce qui nous permet de mieux connaître la cliente, ses habitudes, ses marques préférées, de lui fournir des conseils et adapter la box. 
Dans un deuxième temps, parmi les 5 produits, la cliente va choisir un Must Have. Il s'agit de son produit préféré. C'est un produit quelle recevra tous les mois. Celui ci peut changer au cours de l'abonnement en fonction des besoins de la cliente. 
On a vraiment une réelle volonté d'être au plus prêt de besoin de nos clientes, et non pas de fournir des box uniformes à toutes, chose qui n'aurait pas d'intérêt.
  • C'est assez intéressant et novateur. Du coup, vous avez des partenariats avec les marques cités sur la page Facebook ou vous achetez des produits chaque mois?
On commence à monter petit a petit de vrais partenariats mais comme le lancement ne se fera qu'au lendemain des ventes privées, ceux ci attendent de voir quelle est notre réelle clientèle.

Des magasins de produits de beauté comme Sephora ont déjà répondu de manière très favorable à notre demande de partenariat. La Cosmo Box présente ici en France aussi, a répondu de manière favorable pour apporter son soutien au développement de cette idée en Afrique. Il ne nous reste donc plus qu'à faire nos preuves, à leur montrer qu'il y'a un réel marché au niveau camerounais et que notre projet en vaut la peine. D'où l'idée des ventes privées et du cocktail. Ce n'est jamais évident de faire les choses à distance. Nous avons préféré avant le lancement aller vraiment à la rencontre de nos clientes, pour qu'elles sachent qui ont est, qu'elles s'informent plus sur le concept.
  • Avez vous pensé à vous associer à des marques locales ou à intégrer des produits naturels dans vos box?
C'est une réflexion que nous avons eu, et nous comptons voir dans quelle mesure cela est possible une fois notre arrivée sur place cet été.
  • Étant donné que les dénicheuses vivent en Europe, comment se passera l'acheminement des box? Aura-t-on droit au joli packaging comme ceux qu'on peut avoir ici?
Oui. Le Packaging est fait sur place au Cameroun. Les produits sont acheminés chaque mois par avion, et le reste est fait sur place, par une entreprise locale, qui se charge d'ailleurs également de la distribution au sein de ses locaux.
  • La vente privée du 23 juillet est donc un vrai test pour votre concept. Quel type de public est attendu?
Le public est très divers. Au départ, on ciblait les 17-30 ans. Mais très vite on a élargi notre public et à présent les filles, adolescentes et femmes sont toutes les bienvenues. On part du principe que prendre soin de soi à un prix raisonnable/abordable n'a pas d'âge. On reçoit des commandes de personnes de tout âge. Cela nous permet d'offrir un panel très très large de produits. Les filles peuvent venir avec leurs mères et toutes trouver leur bonheur.
  • Comment fait on pour participer à la vente privée?
Il suffit juste de marquer sa participation sur l'événement Facebook. Les détails sur les lieux, les horaires sont postés au fur et a mesure (faire tout à distance c'est vraiment pas évident). Pour la pré soirée coktail de lancement, on hésite encore entre le Maëva & une géante soirée à mon domicile, qui, selon les avis qu'on a consulté serait mieux. 

Ensuite pour la vente privée en elle même qui a lieu le lendemain donc le 27, on est entre le Mont Fébé & Le Club Camtel. D'ici lundi (le 15/07),  tout sera beaucoup mieux établi. On invite donc toutes les intéressées à consulter régulièrement la page de l'événement et celle de My Little B.Box. Et de ne pas hésiter à nous contacter sur notre adresse mail mylittlebeautybox@hotmail.fr pour plus d'informations.

Notre entretien se termine. Je suis impressionnée par le projet. Je sens que les détails ont été pris en compte. Je regrette cependant de ne pas pouvoir voir à quoi ressemble les packagings pour l'instant. J'aurais aimé qu'elles créent un logo un peu plus élaboré pour la marque. J'espère que le succès viendra et que ce sera fait. Je pose la question gênante, le prix.

L'abonnement est à 30 000 FCFA (46 euros) si on prend un de 3 mois c'est 80 000 FCFA (122 euros) les 3 mois. Pour 5 produits de beauté (grands formats) dont le Must Have et très souvent des réductions pour des salons de coiffures à Yaoundé.  . Le prix est le même quelque soit la cliente.

Avec la conversion, cela semble un peu cher, trois fois plus que le prix moyen en France. Il convient cependant de remarquer que contrairement aux box françaises qui offrent des échantillons, My Little B.Box offre de grands formats pour des produits adaptés à la cliente. Toutes les abonnées aux box ont déja été déçues par ce produit qui ne sert à rien et qui ne nous correspond pas. Les créatrices semblent avoir trouvé la solution.

Les premières box n'ayant pas encore été reçues, je ne peux pas me prononcer quant à la qualité du service. L'idée est cependant intéressante et la bonne volonté des créatrices est certaine. J'aurais aimé pouvoir participer à la vente privée. J'invite mes lectrices du Cameroun à y aller massivement pour encourager le projet. Rendez-vous dans quelques mois pour la revue.

La page facebook de My Little B.Box (ici) et la page de l'événement (ici).

8 juil. 2013

L'été et moi

Ca y est! Le soleil s'est décidé à se pointer. C'est officiellement l'été. Tout le monde a l'air heureux, les gens mettent de jolies couleurs. Coincée en France à attendre des choses qui n'arrivent pas, je ne peux pas passer mes vacances chez moi au Cameroun comme d'habitude. Autant vous dire que l'été et moi ne sommes pas vraiment amis.

Fille qui crâne sur la place du vieux marché à Rouen


Vous avez tous l'air de ne pas voir les insectes. J'habite en Normandie, oui, mais en pleine ville. Pourquoi les mouches passent leur temps à envahir mon salon? Non, mais comment passer un après-midi tranquille à se prélasser quand ces nuisibles parasites volent près de nos oreilles par tout temps? Tu fermes les fenêtres, tu étouffes. Tu les ouvres, deux-trois mouches organisent une réunion dans ton salon. Impossible de les faire sortir.Les insectes, ce n'est sûrement pas le pire...

La transpiration! Cette impression de fondre en temps réel. Plus question de fonds de teint, de contouring, d'highlighting sous peine de ressembler à une voiture volée (quoique ce n'est pas une si mauvaise chose). Et même, le déo 100% efficace n'y fait rien parce qu'on a beau éviter l'auréole, on sent son corps devenir humide (je parle bien de sueur)... Merci à l'inventeur de la climatisation et aux magasins/bureaux/voitures qui en sont pourvus. Les douches, les amis, les douches! Multipliez-les et sauvez des nez dans le métro.

L'été, ce sont aussi les bourrelets qui se dévoilent. On parle beaucoup trop des jolies cuisses que les mini-shorts et autres morceaux de tissus n'arrivent pas à cacher. N'avez-vous pas remarqué les cuisses grumeleuses, les petits bidons qui dépassent du crop top? Oh toi qui a remis le crop top alias mini-tricot à la mode, montre à chacun comment l'adapter à sa corpulence! Tout ne va pas à tout le monde. On nous fatigue les yeux. Loin de moi l'envie de complexer qui que ce soit mais avouez que la "couisse" que vous célébrez tant se doit d'être ferme, que le joli bidon proéminent est mieux sous une jolie blouse d'été qu'exposé par un crop top.

On va me demander comment ça se fait que je sois noire et que je n'aime pas l'été. Bon bah déjà, les sourires complaisants du style "tu dois être heureuse, il fait chaud comme chez toi" méritent autant de coups de pied que le fameux "danse, ça vient de chez toi" quand le DJ lance Magic System.
J'aime l'été, j'aime lutter contre le textile, mettre des morceaux de vêtements. J'aime imaginer une tenue sans avoir à jeter un gros manteau dessus. Pourquoi je rage? J'aurais voulu être chez moi mais je ne peux pas.

Je veux aller à la plage (les photos récentes de ma famille en vacances à Kribi au Cameroun ne m'ont pas aidée). Je veux faire des barbecues en plein air, avec de la fumée, les jeux; non pas de barbecues sur un balcon. Je veux pique-niquer même si je n'aime pas les insectes qui passent dans l'herbe, que je ne veux pas que ça me pique/gratte. Je veux faire du vélo même si je n'en ai pas fait depuis plus de cinq ans. Il paraît que ça ne s'oublie pas.
Je veux faire des activités d'été. Non pas le traditionnel pavannage en petite tenue, non pas les chilling, soirées en boîte. Je lance donc officiellement un casting pour des amis par intérim quand les vrais travaillent ou préfèrent aller transpirer encore plus en soirée. Je ne paie pas, je suis fauchée mais je suis gentille quand il faut. Alors, aidez moi à aimer l'été en France.

4 juil. 2013

Instagram Diary

Retrouvez moi sur Instagram. Mon diary en photos.
@may_si