20 juin 2013

Cheveu perdu cherche désespérément sa voie

J'ai eu les cheveux courts pendant les quatre premières années de ma vie. Ma mère ne supportait pas de m'entendre pleurer chaque fois qu'on passait le peigne dans mes cheveux. J'ai les cheveux durs tels l'éponge métallique. Mon premier défrisage remonte au CE2. On avait tenté de m'assouplir les cheveux. Je supportais mieux les tresses. Maman suivait les soins, espaçait les defrisages. Et puis, j'ai grandi. Cheveux trop souvent défrisés. Pas de soin. Les hivers. La décoloration. Cette semaine, j'ai décidé de soigner mes cheveux. YouTube, blogs, etc. Au final, je suis perdue. Chronique d'un cheveu qui ne savait plus quoi faire de sa vie.


Mon dernier defrisage date d'il y a trois mois et mes cheveux ne savent pas se coucher. Je préfère les avoir lissés, du moins je préférerais. Mais, mes cheveux ne défrisent jamais.
Alors, une amie me conseille de m'inscrire sur Hairlista. On me demande si je suis naturelle, défrisée, texlaxée ou plein d'autres termes que je ne connais pas. Dès le départ, l'aventure est compliquée. Je mets "défrisée" sans conviction. Je tombe sur le site et j'ai du mal à comprendre, à qui m'adresser, à qui demander quoi.
Je me dirige vers YouTube. La chaîne de simsimpindi m'intéresse. Sa longueur de cheveux est impressionnante. Je note les conseils pour commencer la routine. Je pars de là pour chercher d'autres chaînes. Les masques, les prepoo, les leave-in, etc. Il faut acheter tout un tas de trucs, il faut essayer, trouver sa routine.
Je ne trouve malheureusement rien qui convient à mon problème. Elles ont toutes de beaux cheveux super lisses. Comment on fait pour en arriver là?
Je m'aventure sur le blog nappy de Mymou. Les articles sont super intéressants. Je suis tentée de retourner au naturel. De toute façon, je ne suis pas loin de là...

Je ne suis pas vraiment défrisée, je fais des afros, des wash and go...
Je ne suis pas naturelle, j'utilise des gammes défrisantes tous les trois mois.
Je suis hybride?

C'est difficile de se lancer. Les coiffeuses des salons africains sont très souvent des dames qui ont appris sur le tas. Les prix dans les salons pro sont faramineux.
Le vocabulaire des blogs mériterait d'être simplifié. 

Bref, cheveu perdu cherche désespérément sa voie vers le lissage et la longueur.

2 commentaires:

  1. aah la je me retrouve bien la: bienvenue au club. voici près de 03 ans que je suis tombée en plein dedans: les soins capillaires. J' ai même fait un blog pour suivre mes évolutions mais ai du abandonner faute de mauvaise gestion de temps.
    J'ai le cheveux super fins mais qui défrisent jamais pour de vrai. Moi aussi j'étais une pro des pleurs en séance de coiffure plus jeune. Et n'ayant jamais vraiment pris soin de mes tifs avant vu que mes coiffeuses par excellence étaient mes mamans.
    Mon rêve actuel est de pouvoir continuer à ne jamais porter de perruques/ greffes (eh oui), moins sinon zero casse (haha), du volume et de la longueur genre marcia de la chaine marciabfn sur utube .
    Je t'avoue encore que ces derniers temps un big chop m' a tellement tenté qu'après une forte casse due à une longue période stretching (t as vu le capi- langage ;-)j'ai du me faire coupe qui me les a bien reduit derrière. Je vais me servir de ça pour étudier ma pousse pour une nouvelle fois mais avec plus de sérieux.
    alors les tifs afros,
    c'est vraiment pas de tout repos
    surtout quand on les veut tout beaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop compliqué pour moi. je vais quand même aller regarder la chaîne de Marcia. En tout cas, courage, nous y arriverons!

      Supprimer