26 juin 2013

Trop de soleil tue l'amour

Par une belle journée presque ensoleillée, en ce début d'été qui n'en est pas un, je passe devant une petite librairie près de chez moi. Attirée par les livres en vitrine ayant trait à l'Afrique, je tombe sur une perle.

Source: instagram.com/may_si

Trop de soleil tue l'amour est une œuvre de Mongo Beti, écrivain franco-camerounais. Jusque là, je n'avais lu de lui que ville cruelle, œuvre publiée sous le pseudo Eza Boto. Je n'avais pas aimé. Le titre de ce roman nouvellement acheté m'a pourtant instantanément convaincu.

Zam est un journaliste qui dénonce les dérives du pouvoir en place. Bébète, sa copine, une jeune fille qu'il soupçonne d'être (ou d'avoir été selon son état d'ébriété) une prostituée très demandé. Eddy, l'ami presque avocat, rentré de force au Cameroun après avoir été chassé de la France. PTC, le gros propriétaire du journal. Le policier qui n'a pas le droit de faire d'enquêtes, etc, etc.
Que de beau monde dans ce roman. Un français coloré à la camerounaise avec pourtant des expressions très soutenues. La plume de Mongo Beti est belle. On s'imagine ce policier qui n'a d'autre choix que d'arnaquer les usagers de la circulation pour nourrir ses nombreux enfants.
De nombreux thèmes dans le livre. Le père Mzilizaki rappelle Engelbert Mveng, prêtre et intellectuel assassiné sans qu'on ne sache par qui, ni pourquoi. Mongo Beti veut éveiller nos consciences sur le rôle de la France dans le génocide du Rwanda, dans la gestion abusive des anciennes colonies francophones. 

Je ne suis pas partisane des "pleurnicheries" post-colonisation. Je ne considère pas mon pays comme une "dictature". Autant dire que je ne partage pas les combats de l'auteur. Les faits qu'il expose me touchent pourtant. Je veux croire que les choses ont évolué et vont évoluer. Je veux être optimiste. Reconnaître mon pays dans les traits dépeints il y a plus de 15 ans me désole. Cette inertie. Ces choses qui ne changent pas.

Je suis d'autant plus fascinée car Mongo Beti faisait partie de cette génération de camerounais instruits à la sauce française, rentrés au pays dans les années 90, pour changer les choses. 20 ans plus tard, ma génération rentre espérant changer ces mêmes travers...

Trop de soleil tue l'amour fait partie d'une trilogie que l'auteur n'aura pu terminer, happé trop tôt par la mort. Ce premier livre se termine sur un suspense insoutenable. Et je ne peux déjà plus attendre de lire la suite branle-bas en noir et blanc.



20 juin 2013

Cheveu perdu cherche désespérément sa voie

J'ai eu les cheveux courts pendant les quatre premières années de ma vie. Ma mère ne supportait pas de m'entendre pleurer chaque fois qu'on passait le peigne dans mes cheveux. J'ai les cheveux durs tels l'éponge métallique. Mon premier défrisage remonte au CE2. On avait tenté de m'assouplir les cheveux. Je supportais mieux les tresses. Maman suivait les soins, espaçait les defrisages. Et puis, j'ai grandi. Cheveux trop souvent défrisés. Pas de soin. Les hivers. La décoloration. Cette semaine, j'ai décidé de soigner mes cheveux. YouTube, blogs, etc. Au final, je suis perdue. Chronique d'un cheveu qui ne savait plus quoi faire de sa vie.


Mon dernier defrisage date d'il y a trois mois et mes cheveux ne savent pas se coucher. Je préfère les avoir lissés, du moins je préférerais. Mais, mes cheveux ne défrisent jamais.
Alors, une amie me conseille de m'inscrire sur Hairlista. On me demande si je suis naturelle, défrisée, texlaxée ou plein d'autres termes que je ne connais pas. Dès le départ, l'aventure est compliquée. Je mets "défrisée" sans conviction. Je tombe sur le site et j'ai du mal à comprendre, à qui m'adresser, à qui demander quoi.
Je me dirige vers YouTube. La chaîne de simsimpindi m'intéresse. Sa longueur de cheveux est impressionnante. Je note les conseils pour commencer la routine. Je pars de là pour chercher d'autres chaînes. Les masques, les prepoo, les leave-in, etc. Il faut acheter tout un tas de trucs, il faut essayer, trouver sa routine.
Je ne trouve malheureusement rien qui convient à mon problème. Elles ont toutes de beaux cheveux super lisses. Comment on fait pour en arriver là?
Je m'aventure sur le blog nappy de Mymou. Les articles sont super intéressants. Je suis tentée de retourner au naturel. De toute façon, je ne suis pas loin de là...

Je ne suis pas vraiment défrisée, je fais des afros, des wash and go...
Je ne suis pas naturelle, j'utilise des gammes défrisantes tous les trois mois.
Je suis hybride?

C'est difficile de se lancer. Les coiffeuses des salons africains sont très souvent des dames qui ont appris sur le tas. Les prix dans les salons pro sont faramineux.
Le vocabulaire des blogs mériterait d'être simplifié. 

Bref, cheveu perdu cherche désespérément sa voie vers le lissage et la longueur.

16 juin 2013

Bref, je suis tombée sur le blog de Mademoiselle Chichi

Je ne suis absolument pas féministe mais alors pas du tout, pas du tout du tout. Cette phrase sera l'introduction de ce post et devra vous rester en tête jusqu'à la fin.

J'ai vu ces derniers jours bon nombre de mes amis sur les réseaux sociaux partager les articles de Mademoiselle Chichi. Qui est Mademoiselle Chichi? Une blogueuse canadienne qui a décidé de partager son expérience avec les hommes. L'introduction de son blog est juste parfaite. Je me suis reconnue dans ces propos. Les films d'amour qui nous mentent, les garçons qui attendent de nous d'être de véritables actrices de films X pour ne pas être considérées comme des "étoiles"...



L'erreur que j'ai faite, c'est de lire d'abord les articles largement partagés. 

Sur le coup, je me dis que ça doit être comique, elle rigole sûrement. Je dis toujours que "la majorité des hommes trompent, il y en a juste qui se cachent mieux que d'autres". Cette phrase, je l'ai dite et redite à cause des déceptions, de la fatalité de la vie et de la peur de revoir le spectre de l'infidélité refaire surface dans mon couple. J'ai pourtant été choquée par la façon de dire les choses de Mademoiselle Chichi. Selon elle, ce serait valorisant d'être trompée par son homme parce que ça le rendrait plus "viril". Je veux bien que l'on soit heureuse de voir les filles qui regardent notre homme. Certaines sont jalouses, moi, je ressens de la fierté. "Vous regardez mais il est à moi!". C'est là où le bas blesse, si il trompe, il n'est plus seulement à moi. Il trempe son kiki chez une (ou plusieurs) autre(s). En quoi serait-ce une fierté?
Toutes celles qui ont vécu la situation savent qu'au delà de la rage que l'on ressent contre l'autre, on s'en veut. On s'en veut à soi même. Qu'est-ce qu'on a fait de mal? Qu'est-ce qu'on n'a pas fait?
Selon Mademoiselle Chichi, nous nous plaignons trop, nous n'assurons pas assez et on devrait être fières de nos taureaux qui ont besoin de se vider très souvent alors que nous ne sommes que de grosses feignasses.

Dans le même style, elle nous conseille de sucer au lieu de pleurer.

La pipe serait donc le remède miracle à tous les problèmes de couple? Waouh *utilise sa voix ironique*
Je ne le nie pas, il est important que nous aussi, femmes, nous posions des questions. Est-ce que tu passes ta vie dans ce gros pyjama informe qui tue tout désir chez ton homme? Est-ce que tu oublies de t'épiler? Est-ce que tu passes ta vie à lui crier dessus? Des fois, nous exagérons et nous ne voyons que les défauts de l'autre. Mais de là à devenir, femme soumise qui suce pour espérer un sourire de son homme? Euuuh pause.
Pour rendre heureux son homme, il faut satisfaire son égoïsme sexuel que Mademoiselle Chichi décrie pourtant dans son introduction. Non-sens. Fais plaisir à ton homme. Oui. Sans rien attendre en retour. Non.

En gros, l'idée de fond (très très en profondeur) est bonne. "Femmes, arrêtons de rêver et prenons nos relations en main". Je suis cependant contre le principe d'être fataliste, de se dire qu'on est condamnées à épouser un con qui n'attend de nous que de faire la cuisine, la vaisselle, les enfants, la pipe, la sodomie, l'éjaculation faciale et tout un tas de choses bien trop crues pour que je n'ose les écrire. 

Je devrais faire un article sur les choses qu'un homme doit faire pour que son couple marche. Parce que Mademoiselle Chichi a un peu oublié qu'on est DEUX dans un couple et pour que ça marche, chacun doit faire sa part du boulot. 

Que celles qui appliquent la méthode chichi au premier degré me tiennent au courant de l'évolution de leurs relations. Je veux bien terminer célibataire si c'est la seule façon de garder son homme.

12 juin 2013

Mboa Tape Volume 1

Hier soir, j'étais partie pour vous écrire un article sur le concert de BB Brunes et le merveilleux déhanché d'Adrien. J'arrive sur Twitter pour raconter ma vie en plein lancement de la Mboa Tape Volume 1. Mboa Tape Kézako?
Il y a quelques mois, Esther Naah a.k.a. @esta__ pour la twittosphère décide de monter un projet pour promouvoir la musique urbaine camerounaise. Mboa Urban Music est né un peu "comme dans les blagues". Le compte Twitter, la page Facebook, le compte Soundcloud. J'ai découvert sur Soundcloud que le kwatt'n'be (R'n'b camerounais) ne s'arrêtait pas à Duc-Z ou Jovi. Stanley Enow et son "Hein père" ne quitte plus ma playlist quotidienne.


Hier, donc, La Mboa Tape Vol. 1 a été mise en ligne, en téléchargement gratuit (ICI).

Si "Hein père" reste mon coup de coeur Kwatt'n'be, le sample de "Donne moi le temps" de Jenifer par Sifoor a su me convaincre. "Bangando star", numéro 2 de la mixtape, joli flow mais le refrain aurait pu être mieux.
"Je te ya mo" de Black Triangle Africain reste en tête avec ce refrain entêtant samplant "Dami Duro".
Magasco m'avait déjà convaincu avec "lineloba", "Kumba market" est sans aucun doute ma piste préférée de la mixtape.
"Va dire à tes potos" est doux. Moi qui n'aime pas le rap français, j'ai aimé.
Bref, 15 titres qui méritent d'être écoutés. Thumbs up encore à Esther pour le beau travail. Pourvu que ça ouvre des portes à ces artistes.

Mboa Tape Volume 1 c'est par ici http://mboatape.mboaurbanmusic.com
N'oubliez pas de partager!

9 juin 2013

Je suis tombée amoureuse d'asaf Avidan

Samedi soir, avant le spleen, les posts sentimentaux, j'étais au concert d'Asaf Avidan. Je connaissais one day et love it or leave it. J'aimais sa voix mais le live m'a fait tomber en amour. Quand il a dit "pretty lady" avec sa voix écorchée, j'ai cru que j'allais tomber dans les pommes. J'ai oublié les mille et une personnes devant moi (parce que oui, je suis arrivée tard donc j'étais très loin de la scène)


Asaf Avidan transmet cette émotion qui vous touche au plus profond. Quand il nous a demandé de défier la gravité en sautant tous en même temps, nous étions tous en communion, lévitant l'espace d'une seconde. Je suis tombée amoureuse de cette voix qui vous donne envie de l'entendre dire chaque matin, chaque seconde, My baby is so ssssweeeeet! I want to taste!


Seul regret de la soirée: N'avoir pas été au devant de la scène quand il est descendu dans le public pour nous faire chanter one day/the reckoning song. Talent plus qu'énorme!!! Les notes qu'il atteint, son timbre et son jeu de guitare sont magnifiques.
Merci la région Haute-Normandie pour ce beau moment.

P.S. Allez soutenir Taratata http://www.change.org/taratata
Signez la pétition mais surtout regardez l'émission. C'est grâce à elle que des artistes comme Asaf ont été découvert en France. Il nous a d'ailleurs demandé pendant le concert de signer la pétition. Alors allez-y les gens!!!! Http://www.change.org/taratata

Le blues des nuits sans sommeil

5.00 du matin, le voisin écoute foule sentimentale à plein volume et je réfléchis. 5h du matin, je n'arrive pas à dormir et je réfléchis.
Je viens pourtant de tweeter que les gens qui réfléchissent trop, sont malheureux. C'est pour ça que je me sens si triste? Parce que je réfléchis?
Les humains me dépassent et j'ai beau essayé de comprendre dans quel sens tourne le monde mais je suis perdue. Ne penser qu'à vous fait de vous un égoïste. Penser aux autres, éprouver de l'empathie, vous impose des souffrances qui ne sont pas les vôtres.
On veut bien faire semblant de rire pour vous faire plaisir, on veut bien fermer les yeux sur les messes basses, les regards sournois mais on aimerait surtout s'amuser.
A quel moment les gens ont oublié que tout le monde a des problèmes?? Sortir de chez soi pour oublier et revenir avec mille fois plus de réflexions.
D'ailleurs, ne laissez jamais les gens que vous aimez sortir ensemble, c'est problématique quand ça finit.
Bref, ça tourne et ça retourne dans mon ciboulot. Comment vous dire quels sont mes soucis si vous transformez les moments de joie en soucis?
Les sourires hypocrites, les faux semblants, les amis qui ne se parlent pas, les regards sournois, il paraît que c'est ça la vie sociale.
Les ermites ont-ils raison?
C'est toujours les plus bêtes choses qui me font pondre de la tristesse. On va finir par croire que je suis une malheureuse à plein temps. 
J'emmagasine et quand je veux sourire, je me remets à réfléchir parce que je regarde la vie de l'œil du romancier, du peintre. Avant, je gommais les détails fâcheux pour terminer par un "ils vécurent et eurent beaucoup d'enfants. Aujourd'hui, je mets les détails, les points, les virgules. J'ai changé et je n'aurais peut être pas dû. C'était mieux quand je m'en foutais de tout. C'était faux mais mieux.
Je viens d'écrire un brouillon informe, le voisin m'impose des solos de guitare électrique entêtants, le jour se lève. J'hésite à publier mais à quoi bon faire semblant devant toi mon cher blog. On a tous nos problèmes. Quand j'y pense, vu que je ne sais plus à qui parler sans lui rajouter mon poids, je vais voir un psy. Ça vous évitera des posts inutiles. 

Les gens rentrent de soirée.

Hey voisin! Remets ma chanson.....

Foule sentimentale, on a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles.....

5 juin 2013

Tapie

Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours considéré Bernard Tapie comme une personne de peu de morale. Mon plus vieux souvenir remonte à sa marionnette chez les guignols qui chantait "c'est la combine à nanard". L'image que j'avais, ne s'est pas améliorée au fil du temps, des procès et de la déchéance de l'homme.






Il y a quelque mois, les spéculations allaient bon train sur son éventuelle candidature aux élections municipales à Marseille. Sa femme avait alors déclaré que si il retournait en politique, elle le quitterait. Cette réaction sympathique l'a rendue "humain", lui a donné un je-ne-sais-quoi de vulnérabilité pour moi.

A moins d'avoir éteint votre télé ou d'avoir égaré votre télécommande, télé figée sur NRJ12, vous avez sûrement entendu parler de la fameuse affaire Tapie-Lagarde. Au début, je me suis dit "encore une magouille de nanard" et puis, je me suis penchée sur l'affaire, pour la culture générale. Le crédit lyonnais a floué Tapie à l'époque en revendant 400 millions plus cher adidas que la somme qui lui avait été remise. Il était dans son droit. Il paie cependant le prix des largesses des politiques dont il a bénéficié sous la gauche comme sous la droite et qui rendent la décision de justice suspecte. Je ne rentrerais pas dans les détails, je ne parle plus de politique.


Ce qui m'a frappée en faisant mes recherches, ce sont les multiples casquettes de monsieur Tapie. chanteur puis pilote de courses, puis vendeur de téléviseurs, puis entrepreneur, puis homme d'affaires émérite, patron d'adidas, politicien encensé par la gauche, ministre sous Mitterand, les combines, la faillite, dirigeant de l'Olympique de Marseille, corrupteur, truqueur de matches, détenu, acteur, chanteur, présentateur télé.... Il a eu plus de vies qu'un chat.

On peut mettre en doute sa moralité mais c'est un homme qui s'est donné tous les moyens pour réussir. Il a TOUT fait. Il est tombé une dizaine de fois mais s'est toujours relevé. Quand on subit les pires humiliations, l'aigreur n'est pas loin mais lui, non. Il n'en donne pas l'air. 
J'aime les réussites atypiques. J'aime le fait de penser qu'on a droit à une deuxième, troisième voire quatrième chance si on est prêt à s'investir à fond.
Comme disait Mitterand à une époque, Tapie m'épate.

4 juin 2013

Formidable

J'adore la chanson à texte. Brassens, Francis Bebey, Cyrille Effala et aujourd'hui Donny Elwood m'arrachent des sourires à chaque écoute. La tournure des mots égaie, attise l'attention. 
J'ai découvert Stromae, il y a 3 ans, un peu comme tout le monde, avec "alors, on danse". Le texte était bien écrit mais la musique enjouée et les nombreux remix passés en club m'ont dégoûtée de la chanson.
Samedi soir, lors d'un Chill entre amis, la playlist aléatoire nous lance la nouvelle chanson de Stromae. Je n'avais pas daigné cliqué avant sur les nombreux liens postés sur ma TL Twitter. Je suis tombée sous le charme... Et c'est formidable.