22 août 2012

Bref, je suis au Cameroun...

J'ai un peu disparu. La faute au Cameroun... Oui, je suis à la maison!! Entre le stage, la famille, les amis, les sorties, j'avoue, très chers lecteurs, que je n'ai pas pensé à vous.
Rappelez vous, je quittais le Cameroun l'année dernière sur des airs de Ndolywood... Les beaux souvenirs!! Cette année, je suis en mode travail! Je prévois le retour de mes may-sitations sur ma petite vie... Oui, je travaille mais je sors également énormément.

Passez la phase où tout le monde vous demande les euros, où les cousins, cousines qui ne vous ont pas parlé depuis un an s'imaginent pouvoir venir se plaindre que vous n'ayez pas annoncer votre arrivée, que les gens reconnaissent dans votre voix, votre habillement, votre comportement, un petit côté "mbenguiste", vous (du moins moi) êtes de nouveau camerounaise comme tout le monde.

La plus grosse différence entre les autres et vous, c'est que tout vous énerve, vous n'arrivez plus à vous arrimer au je-m'en-foutisme devant les conneries que vous voyez. Une banque au système d'informations pourri, la lenteur administrative, ce service public qui oublie de sourire. Depuis que j'ai commencé mon stage, je me mets un petit peu à retarder mon retour après mes études. je ne suis vraisemblablement pas prête psychologiquement à certaines choses.

Je ne suis absolument pas féministe mais je ne conçois pas qu'on puisse juger des compétences d'un tel en fonction de son sexe. Hey merde! ce n'est pas parce que je mets une jupe et des talons hauts pour aller au travail que j'ai forcément été engagée pour ça.

Beaucoup de défis. Énormément de choses à prouver!!

Des ingénieurs qui ne créent plus, des gens qui pensent que tout leur est interdit, même le plus simple.

Je vois l'inertie dont tout le monde parle ou plutôt je la touche du doigt et ça change les choses. J'idéalise moins mon chez-moi et j'avoue que ça me fait peur.

Bref, je suis au Cameroun.