10 juil. 2012

COMBIEN??

Tout a commencé le 2juin, un samedi d'ennui où la télé me servait de compagne. Devant "On n'est pas couché", j'ai découvert Douglas Kennedy. Il parlait de son livre sur le monde de la finance, de son approche particulière. Deux semaines plus tard, je l'achetais...






Après avoir lu Kerviel et été dégoûtée à mort du monde du trading, je ne m'attendais pas à grand chose. Cependant, ayant compris que Kennedy était un romancier (déjà très connu), je le voyais rajouter un peu de rêve à ce monde dur et mauvais que décrivait le trader déchu.


Je pense que toute ma TL (Timeline) twitter doit se souvenir de ma première lecture. Dès la préface, j'ai été séduite!! Les phrases de D.K. sur l'argent et la manière dont notre relation avec lui, nous définit m'ont touchées. J'ai arrêté ma lecture plusieurs fois pour partager des phrases édifiantes.


"Combien?" a été écrit en 1991, il y a donc 21 ans. Nous étions loin des crises actuelles. Déjà, l'obligation de résultats et la pression mises sur les épaules des traders étaient palpables. Cependant, le marché était ouvert, il fallait être un jeune loup aux dents longues capables de s'imposer en négociations et non pas simplement un mathématicien capable de prédire l'avenir par des courbes. Kennedy voyage "au pays de l'argent", rencontre des gens qui ont choisi de travailler dans la finance, soit pour l'excitation, soit pour le confort financier. Des gens qui savent que leur temps dans le milieu est compté et qu'il faut amasser le plus de sous tant qu'on le peut encore.


"Combien?" Combien nous faut-il d'argent pour se savoir heureux? A combien se chiffre le bien-être? L'argent rend-t-il heureux?


Lors de son voyage, l'auteur passe par Casa, place boursière beaucoup moins fébrile que New-York ou Sydney... Des gens qui ne voient pas l'importance de se crier dessus pour quelques marchandises.


Le pays de l'argent a fortement changé depuis le passage de Kennedy mais le fond reste le même. "Même si vous essayez de vivre simplement,sans vous plaindre de revenus modestes ou inexistants, voire en renonçant à la possession de biens matériels, l'argent continuera d'avoir un impact indéniable sur vous..."


L'Afrique noire n'est pas mentionnée dans le livre. Aaaah si, un passage sur une américaine qui est allée en mission humanitaire à Douala, au Cameroun. Le Douala Stock Exchange (bourse camerounaise) n'aura vu le jour que 10 ans après l'écriture du livre. 


Combien? Une leçon pour nous... Je me retiens de spoilier!


La plume de D.K. est belle et je m'apprête d'ors et déjà à lire tous ses autres livres.


Combien? A ne tang ya? How much? Cuantos? Ne me demandez pas le prix du livre, allez acheter et lisez!

1 commentaire:

  1. A ne tang ya?
    ma yi ki...lol
    super interessant, je
    lis beaucoup et je suis souvent passée devant DK sans m'arreter, je pense que je vais commencer par celui ci, même si le monde de la finance c'est pas trop mon truc.
    Mbolo, o ne voye...i két lah, é mala nèh...j'adore yaoundé et Douala me manque...bisou a plus, maa souk!!!

    RépondreSupprimer